Fragments d’un parcours

IMMERSION

C’est l’été 1947. J’ai  deux ou trois mois, couché sur le dos et je regarde en face de moi. Je suis immergé dans un ballet de couleurs qui virevoltent. Un souffle de vent léger sur des hautes branches anime des éclats de lumière sur les troncs… Je participe à une danse de verts vifs et de verts émeraude, de bleu intense, de bruns-rouges et bruns violacés. Je suis aux anges.

 

RENCONTRE AVEC LA PHOTO

C’est la fin des années 60. Mon père fait des photos de famille qu’il présente dans un album. À l’approche de mes quatorze ans ans, je découvre dans sa bibliothèque un épais dictionnaire de la photographie édité par Larousse. Tout y est expliqué, des techniques de prise de vue, du développement des films et du tirage sur papier. Cette lecture m’inspire une véritable passion.

 

IMAGINAIRE

J’ai environ quinze ans, dans mon labo photo de fortune je tire mes premières photos noir et blanc. Je tente d’autres expériences, j’imagine une technique que Man Ray, artiste et photographe surréaliste, rendra célèbre et nommera Rayogrammes. Je réalise aussi une série de tirages à base de projections aléatoires de révélateur sur du papier déjà exposé aux rayons du soleil, je les plonge ensuite rapidement dans le fixateur. Je réalise une maquette d’exposition. Je colle ces tirages sur du carton fort, les installe verticalement sur une vieille planche à dessin. Je conçois le parcours des visiteurs parmi ces photos abstraites géantes.

 

PLANTES ET FLEURS

Équipé de mon premier appareil 24×36, je photographie en couleur les fleurs du jardin. Celle d’un Eschscholtzia aux pétales d’un bel orangé surmonté d’un petit chapeau pointu de lutin est ma première réussite. Elle ornera bien plus tard la couverture du livre d’art «Cueillir, se recueillir» (à voir dans le pdf ci-joint).

J’aime les plantes, je m’allonge souvent au sol pour les rencontrer en toute simplicité, d’Être à Être. C’est un échange, une rencontre d’un type particulier que je renouvellerai souvent et encore à présent. Un partage se vit, sans pensée, sans commentaire, un moment de grâce. Une fleur, une forme ou une texture soulignée par la lumière m’a appelé et s’offre à mon regard… Je vibre de sa vibration, la recueille…

 

 

LES ARZAS

J’ai le bonheur d’entrer dans une école d’art, les Arts Appliqués, à Paris. Tous mes condisciples sont des personnalités originales. Tout m’intéresse, en particulier “l’étude documentaire”, le professeur inspiré nous propose de peindre avec précision d’après des modèles inattendus  : une fois c’est le mécanisme d’une montre, un autre semaine une coquille d’huître côté rocheux puis côté nacre, des expériences inoubliables pour moi. Il nous entraine au Jardin des plantes pour faire des croquis d’animaux sur le vif puis découvrir et peindre à l’aquarelle dans la grande serre tropicale. Mes copains sont joyeux et font des gags, je fais des photos que je tire en noir et blanc. Je vais voir des œuvresd’at dans des galeries, des expositions, des musées.

 

PRÉMONITOIRE

Voici mon rêve : Je vois les marches d’un escalier en béton, ça se passe à l’extérieur, je descends vers un sous-sol, il y a une porte en bas à gauche. Pas de soleil, pas de motif, tout est neutre et couleur béton. J’ai dans les bras un gros carton anonyme, sans aucune marque ni signe.

C’est tout !

 

KODAK-PATHÉ

À vingt ans, jeune marié et père, je fais un stage de deux mois à l’usine Kodak-Pathé de Vincennes, je suis dans un service d’entretien des machines, j’aime découvrir ce monde d’outils et de technologies. Je mesure des liquides et remplis des flacons de toutes tailles, y colle au fur et à mesure l’étiquette prévue et livre de pleins chariots de produits destinés à faire les émulsions sensibles à la lumière celles qui qui sont nécessaires pour réaliser les films de cinéma, les pellicules photo, les films de radiologie, les papiers pour tirages. 

 

SERVICE MILITAIRE (suite du rêve)

En tant que soutien de ma petite famille, bientôt deux enfants, je suis affecté à l’armée de l’air, dans Paris. Après avoir fait mes classes, j’entre au service de radiologie pour, parmi d’autres choses, faire les dessins d’un livre de technique qu’écrit le colonel directeur du service. Le but des radiographies consistant bien sûr à voir voir ce qui n’apparaît pas à l’œil nu. De révéler quelque chose d’invisible au regard. Un programme symbolique essentiel dans ma vie et une motivation déjà forte mais inconsciente à l’époque. Un jour, on me demande de m’occuper d’une livraison qu’un chauffeur vient d’apporter. Je me retrouve exactement dans la scène de mon rêve d’il y a quelques mois ! 

Avec le recul et l’expérience de l’interprétation des rêves,  j’ai pu comprendre  bien plus tard que cette situation particulière symbolisait ma quête personnelle de voir et de comprendre ce qui est en-deça et au-delà de la surface des choses.

 

ASSOCIER TEXTE ET PHOTO

Après avoir repris quelques cours et passé un diplôme (le CAP de dessinateur d’art en publicité, devenu par la suite BTS d’expression visuelle), je commence à travailler dans la communication d’entreprise. Allier le texte et l’image m’intéresse, cette expérience me servira plus tard à réaliser mes propres livres et ceux de mes amis.

 

PETITS TEXTES

J’ai besoin d’écrire les petits textes qui me viennent à l’esprit. Je sens que ce sont des cadeaux venus d’un ailleurs (aujourd’hui je dirais qu’ils proviennent de l’essence de mon Être). Toute ma vie je les conserverai avec soin comme mes photos préférées que je trie et classe régulièrement. Je pressens qu’un jour viendra le temps de les partager.

 

INCLUSIONS ET MOULAGES

J’aime créer sous diverses formes, imaginer des techniques et des procédés pour exprimer une idée, tester une expérimentation, la validité d’une intuition.

Je rassemble des pétales de fleurs, des graines, des pièces d’horlogerie et d’électronique, des poudres et d’étranges formes et matériaux naturels glanés pour leur beauté, leur magie. J’imagine des petits paysages cosmiques et je les esquisse sur papier. Étape suivante, dans des moules que j’ai préparés, je coule progressivement, couche après couche de la résine de polyester transparente. Afin de respecter mon croquis, je dois régler précisément l’épaisseur de chaque couche pour régler l’espace entre les éléments, ensuite laisser plus ou moins sécher pour y déposer et parfois un peu enfoncer mes petits éléments pour obtenir certains effets. Une fois l’objet terminé et durci, je casse le moule en verre et retourne l’objet, le colle sur un petit fond. C’est devenu une sorte de très grosse goutte transparente dans laquelle mon petit univers est en suspension. Je vends ces créations uniques en boutique de décoration et sur les  expos d’artisanat d’art. Cette technique associée à celle du moulage en caoutchouc au silicone me permet aussi de mouler très précisément les formes et les textures d’éléments naturels tels des graines, des coquillages, même les reliefs de certaines feuilles mortes. 

Trois décennies plus tard, je dispose l’un de ces tirages translucides en résine face au soleil de l’été,  puis je plonge et promène mon regard dans ce nouveau monde avec un équipement très particulier de macro-photographie. Et là c’est un enchantement, je sens que je tiens une série étonnante qui exprime des énergies subtiles qui méritent d’être fixées et offertes aux regard de mes contemporains. Elle fait pleinement écho à mon sens à un texte que j’écrivis à l’âge de vingt ans sous une dictée intérieure. Son titre : “Et si une maille du filet file…” J’associe ce texte et ces photos dans un livre que je fais imprimer en 2012 à l’occasion d’une exposition collective de métiers d’art. Le thème de cette expo est “L’empreinte de l’invisible“ en hommage à la découverte de la grotte Chauvet quelques années plus tôt, nous sommes en Ardèche !

Une partie des ces photos constitue la série UN, la première des 9 collections que vous pouvez voir sur ce site.

 

STÉRÉOSCOPIE

La photographie en relief me passionne depuis que je me suis trouvé face à une projection sur très grand écran dans le hall d’accueil du centre d’information de Kodak . Des champignons dans la lumière des sous-bois, un par un, vus de près en contre-plongée. Il paraissent grands comme des immeubles, les couleurs et les textures sont superbes, c’est une autre révélation. 

Je m’équipe et pratique (avec différents types d’appareils et des appareillages artisanaux). Je fais partie de la société française de stéréoscopie. Je réalise une exposition itinérante pour le CAUE (conseil d’architecture et d’urbanisme et d’environnement) de l’Ardèche sur le thème du paysage.

Un peu plus tard, je présente une série de diapositives en relief de mes spirales de lumière lors d’un congrès international de stéréoscopie au Palais de Tokyo à Paris.

Dans les couloirs je prends contact avec une personne de la Cité des sciences et de l’industrie. Cet établissement me louera pendant quelques années des photographies stéréoscopiques que j’ai réalisées selon différents procédés. Par la suite il me les achèteront.

 

PIERRE  RABHI

Depuis 1990 j’habite définitivement en Ardèche. J’assiste pour la première fois à l’une de ses conférences, je suis touché par son analyse de l’état de la terre et de l’humanité ainsi que par son écriture sensible et poétique. 

 

AU COMMENCEMENT ÉTAIT LA PATIENCE

Pierre (comme beaucoup de gens l’appellent toujours  tant il était chaleureux) vient un jour chez nous à propos de projets de vie dans l’esprit des «Oasis en tous lieux»  qu’il commence à définir.

Après la réunion, je lui montre une projection de mes photographies de fleurs en relief stéréoscopique et de mes recherches abstraites. Il me propose ensuite d’illustrer un petit texte poétique qu’il à écrit. Intitulé «la terre nourricière ou le silence blessé». C’est une sorte de genèse du cosmos et de notre  planète, du déploiement de sa vie biologique jusqu’au moment où la terre-mère désire créer un être capable de se réjouir de sa beauté… Et la phrase finale sera «Elle prit le risque de l’homme». Il y a là le sujet d’un diaporama que nous présenterons en introduction de ses conférences.

1993. Dans mon «atelier des lumières» d’alors je m’installe devant ma grande table lumineuse et sort quelques planches de diapositives classées par thèmes. Les diapos brûlées de mes 16 ans et d’autres recherches abstraites, dont les plus récentes. Ayant le fil conducteur du texte de Pierre pour guide, me permet de donner sens et fonction à mes recherches évoquant les éléments, les forces et les règnes.

J’enregistre le texte dit par mon épouse, Gabriel Rabhi un des fils de Pierre compose la musique.  

Nous présentons ce spectacle durant quelques années dans différents contextes et manifestations et plus tard je le fais transférer sur un DVD. 

 

À L’ÉCOLE PRIMAIRE

Cette année-là, avec les enfants de l’école de mon village, j’anime un atelier de pratique artistique. Nous allons jouer à inventer une histoire que nous illustrerons par nos photographies.Nous créerons  un spectacle en relief stéréoscopique et fondu enchaîné. Quatre projecteurs de diapos, des lunettes polarisantes pour voir les photos en relief, une sono diffusant l’histoire écrite et  ditepar les enfants.. Dans une pièce noire,  je photographie les dessins de lumières des enfants  en pose longue (pour fixer la trace complète des mouvements) Nous faisons d’autres séances de prise de vue cette fois-ci en macrophotographie sur des petits objets mystérieux et divers, naturels ou technologiques. Nous projetterons les négatifs couleur obtenus, une pratique originale et esthétique, effet garanti !

Le spectacle plaira et nous le présenterons à nouveau avec succès dans la salle de spectacle du centre culturel de la ville (Aubenas). 

 

ALTERNANCES ET COMPLÉMENTARITÉS

De 1967 à 2005 j’alterne les activités d’indépendant et celles de salarié tout en continuant recherches et créations personnelles. Expositions personnelles et collectives, créations de commandes pour l’édition et scénographies pour des espaces culturels thématiques (L’Odyssée des Eaux et La maison des Energies Renouvelable, deux projets Ardéchois réalisés par l’association Artis). 

Par la suite je réalise différents livres avec mes amis auteurs  : Ardéchois coeur qui rêve avec Jean-Fançois Lacour – Cueillir, se recueillir et Être grimpante avec Yvette Peyrard, Les recettes d’Annie en tandem avec Simon Bugnon pour les photos et Annie et Jean Daulan responsables du Domaine du Taillé, Humaine nature, mon amour avec Marianne Boclé artiste et graphiste, OH mais HO, l’homéopathie comment ça marche avec Marion Peggy Haye (voir plus dans la shop).

 

L’ÉPREUVE DU FEU

le 3 décembre 2016 au milieu de la nuit, nous sommes réveillés par de petits bruits: la grande cuisine sera complètement détruite. Le feu et une chaleur intense accompagnée d’une fumée épaisse pénètrent en partie sur les deux étages. Pendant les quatorze mois de la réhabilitation j’habite dans des gîtes cependant le feu de la création ne cesse de m’animer, je met en forme avec Marianne Boclé, mon amie peintre et graphiste, notre livre “Humaine mon Amour” Une sélection de mes méditations poétiques illustrée de mes photos et enrichie de ses “Graphs“ et de ses idées raffinées de mise en page. Je l’auto édite en 2017 à l’occasion de mes soixante dix printemps. La maison du Caladou comme moi renaissons de nos cendres.

 

SOUFFLE QUANTIQUE

En novembre 2017 plus d’une trentaine de mes photographies abstraites illustrent la physique quantique dans un numéro spécial du magazine Kaizen intitulé “Souffle quantique“. Ce magazine à été créé par Cyril Dion et une équipe inspirée par le travail de Pierre Rabhi.

L’article qui m’inspire le plus est consacré à Philippe Guillemant, physicien quantique chercheur au CNRS reconnu pour ses découvertes et publications (voir sur YouTube). Il explique que ce que nous vivons est une “physique de la conscience“ bien peu matérielle, elle n’est pas figée dans l’espace-temps. Qu’il n’y à qu’une très petite proportion de matière dense, que le temps et l’espace sont le produit de nos pensées, que ce sont nos croyances et nos émotions qui créent majoritairement nos réalité personnelles et collectives… ce que je constate régulièrement ! Que nos choix propres influencent le tout et réciproquement.

 

 

SYNTHÈSES

2018 – La maison remise à neuf, dans toutes les pièces et sur deux étages j’installe pour trois mois une rétrospective de mon œuvre.

2019 – Je compose le livre “Vibrance” douze regards sur l’unité du vivant.  En 364 pages, une mise en perspective de mes thèmes et livres précédents.

2020 – Je cherche à redéfinir ce que j’ai à offrir. Je commence à concevoir un nouveau site internet. Je dépose la marque yapadazart et le nom de domaine “yapadaz.art“. En fin de l’année la vie place sur mon chemin un nouveau partenaire avec qui nous mettons en place ce présent site“michel-leynaud.com“ ainsi que celui de “yapadaz.art“.

2022 – Le site internet est en ligne. Mon projet est complété, enrichi de propositions de rencontres et d’expériences sensibles et créatives à partager..

Mon intention première s’est concrétisée. Elle se déploie en un joyeux éventail. 

Un regard d’émerveillement et de gratitude au service du vivant, du bien-être, la joie et l’harmonie à retrouver.

BIOGRAPHIE

1947 naissance / Nogent-sur-Marne 94
1961 début des recherches photographique
1963 diaporama primé aux festivals de l’image / Épinal et Vichy
1964 – 1967 école des Arts Appliqués à l’industrie / Paris
1969 – 1986 concepteur graphique puis directeur artistique en agences, services intégrés d’entreprises et en indépendant
1982 – 1984 enseignant en expression visuelle / Etpa Toulouse / début des recherches abstraites en couleur à partir de la lumière solaire et de la lumière électrique

depuis 1987 photographe-auteur indépendant
– création photographique pour l’édition et la communication

depuis 1990 vit en Ardèche :
– photographie abstraite, nature, environnement, développement local
– photographie en relief
– expositions personnelles et collectives
– production et diffusion de «concerts d’images»
– conduite d’ateliers de pratique artistique
– édition et auto-édition
– scénographies d’expositions

depuis 1996 :
– développement du projet «mandala-photo»,

2001 – 2002 – création et utilisation du premier jeu de cartes «mandala-photo»

2003 – mise en ligne de la photothèque «mandala-photo.com»

2005 – co-création du photo-langage «PhotoPhonème 64»
2007 – création du photo-langage «humaine-natures»
2010 – création du site internet et du blog «humaine-natures»


Expositions sur des salons et autres manifestations

Forum Colibris à l’Académie Fratellini 
St-Denis 93 / octobre 2009

Dialogues en humanité
Lyon 69 / juillet 2010

Ferme de Bourlatier
3 regards sur la montagne ardèchoise avec Simon Bugnon et Henri Pol Chabal / Lachamp-Raphael 07 / juillet-août 2010

Terre vivante, terre vibrante 
avec Marie-Odile Achard / Chartreuse de Valbonne 30 / juillet-août 2009

Ombres et lumières
Scénographie collective dans la nature / association «Le temps d’une expo» / Roiron 43 / juin 2009

Le temps d’une expo
avec Isabelle Naudin, Jocelyne Saez Simbola et Sylvaine Hasse / Espace les ambassadeurs / Le Puy-en-Velay 43 / avril 2009

Effusion cristalline
avec Monique et Georges Stahl, verriers / Vals-les-Bains / Juin 2008

Éveil et action
St Julien de la nef 30 / mai 2008

Fête de l’être… Humain
Saint-Privat 07 / mars 2008

Forum Vivre en conscience, agir autrement
Biarritz 34 / novembre 2007

Nature Culture
Rencontres Frapna-ardèche / Darbres 07 / novembre 2007

Cycles de vies
Scénographie collective dans la nature / association «Le temps d’une expo» à Rosières 43 (juin 2007)

Symposium International d’Aromathérapie et plantes médicinales / Grasse 06 / mars 2007

Fêter le Vivant
5ème Rencontre Ecologie au quotidien / Die 26 / janvier 2007

L’Objet qui parle
Trèves 69 / décembre 2006

Fête annuelle des Simples
rencontre nationale de producteurs de plantes médicinales / Nant 12 /octobre 2006

Fête des fruits retrouvés d’Ardèche / Ucel 07 / novembre 2006

Journée Portes Ouvertes
association Terre-Ferme / Colombier-le-Cardinal 07 / septembre 2006

Art en Forêt
Scénographie collective / association «Le temps d’une expo» / Blanlhac 43 / juin 2006

La Fête de l’être… Humain
Saint-Privat 07 / juin 2006

Rencontre Printemps Nature
pays des Vans 07 / avril /mai 2006

Artistes à tous vents
Blavozy 43 / avril 2006

Symposium International d’Aromathérapie et plantes médicinales
Grasse 06 / mars 2006

Fête des fruits retrouvés d’Ardèche
 / Aubenas 07 / novembre 2005

Journée Portes Ouvertes de l’Association Terre Ferme
Colombier-le-Cardinal 07 / septembre 2005

Festival Tendresses
Arles 13 / juillet 2005

Fête des Plantes de l’association Jardins fruités
Château de Saint-Vidal 43 / juin 2005

Ethnoplantes
Vinezac 07 / mai 2005

Primevère
Rencontre de l’Ecologie et des alternatives / Lyon 69 / février/mars 2005

Artémisia
Parc Chanot / Marseille 13 /octobre 2004

Asfodel
Assemblée Générale / Mirabel 07 / septembre 2004

L’Ardèche au naturel
 
Espace Léo Férré / Aubenas 07 / juin2004

Ethnoplantes
 / Vinezac 07 / mai 2004

Symposium International d’Aromathérapie et plantes médicinales
 Grasse 06 (mars 2004)

Changeons notre monde
 Rosières 07 (décembre 2003)

Fête des fruits retrouvés d’Ardèche
Aubenas 07 (décembre 2003)

Rencontre Terre et Humanisme
Lablachère 07 (octobre 2003)

Fête de la Terre
Mirabel 07 (septembre2003)

Château d’Alba
07 (mai 2003)

Forum des métiers d’Arts
Aubenas 07 (mai 2003)

Ethnoplantes
 Vinezac 07 (mai 2003)

Asfodel
Assemblée Générale Mirabel 07(septembre 2002)

Aubenades de la Photographie
Aubenas 07 (1993)

Stéréoscopia
Carpentras (1992)


Expositions personnelles

De l’humus à l’humain
– Théâtre Utopia Bordeaux 33 (février 2005)
– Maison de la Randonnée Antraigues-sur-Volane 07 (juin/ sept 2004)
– Maison Champanet Vals-les-Bains 07 (mars/avril 2004)
– Chez Léa, Le Relais Lavilledieu 07 (novembre 2003)

Naître
– Trimurti Cogolin 83 (juillet/août 2003)
– Espace Envol de la F.O.L Privas 07 (mai 2003)

Mandala 1-Origines
– Ucel 07, Vinezac 07, Lunel 34, Montpellier 34, Gignac 34, Aubenas 07, Arma di Taggia, Italie (de 1999 à 2002)
– Festival France Ardèche Japon Vals-les Bains (1997)

Lumière visible, invisible
Salle des Templiers à Montélimar 26 (avril 1995)

Transformations
Galerie La Marotte.Vals-les-Bains 07 (1994)

De même nature
Château de Hautsegur à Meyras, Ardèche  (été 2014)

Vibrance
Rétrospective Le Caladou, Ucel, Ardèche (printemps 2018)


Scénographies d’Exposition

Pas un jour sans paysage
Exposition itinérante pour le CAUE de l’Ardèche (1995)

L’Odyssée des Eaux
Tour de Saint-Laurent-les-Bains 07 (chantier 2000-2005)

Maison des énergies renouvelables
Moulin de Masméjean 07 (chantier 2001-2008)


Réalisations en Stéréoscopie

Cité des Sciences et de l’Industrie
Photographies en relief selon trois procédés différents pour la salle Louis Lumière (exposées de 1991 à 1999)

Productions du nouveau monde
Photographies sur Paris pour un diaporama diffusé à la Tour Eiffel (1993)

Pas un jour sans paysage
photographies stéréoscopiques pour l’exposition itinérante du CAUE de l’Ardèche (1995)

La troisième dimension
Création d’un audio-visuel pour le salon multimédia et le théâtre de la ville d’Annonay (1996)

Atelier de Création Stéréoscopique
Photographies en relief diffusées dans les CD rom de plusieurs magazines informatiques par la société Média Relief (1996)

Le Stéréoscope
Conception d’un projet de musée de l’image et du son en relief (1997)

France-Ardèche Japon
Reportage 3D pour le Festival diffusé lors du spectacle de clôture Vals-les-Bains 07 (1997)


Production et diffusion de diaporamas

Spirales
Créé dans le cadre du festival international de l’image en relief au palais de Tokyo Paris. Musique originale Jean-Marie Onni (1991)

La terre nourricière ou le silence blessé
Genèse de l’apparition de la vie et la fécondité de la terre, sur un texte de Pierre Rabhi, écrivain et expert international en agroécologie (1992)

Musicolores
Quatorze séquences visuelles associées à un concert de guitare et flûte. 2ème partie en images 3D – 1996

Image-Magie
Spectacle 3D jeune public – 1994

Le langage des Formes
Rayonnements, ondes, pulsations, rotations… Les formes fondamentales exprimées en relief stéréoscopique par les coraux, les coquillages, les plantes 1993

Prés et talus
La richesse infinie d’un monde proche et si souvent ignoré – 1993


Animations de photo créative dans des écoles et centres de vacances

15 ateliers de pratique artistique avec création d’expositions, de livrets ou de diaporamas en stéréoscopie


Édition

Jeux de lumière
CD de photographies, PhotoAlto – 2001

Regards triptyques
CD de photographie, PhotoAlto -2002 

Être grimpante
texte d’Anne Yvette Peyrard, Préface de Yves Paccalet, Éditions du Fayet – 2006 

Voies nouvelles
ouvrage collectif avec Christine Marsan, Philippe Bobola, Patrick Busquet, Jean-pierre Rimsky-Korsakoff, Pierre Rabhi, Barbara Marx-Hubbard, Alterrenatpress éditions – 2010

Les recettes d’Annie
textes d’Annie et Jean d’Aulan, Préface de Jacques Pialoux, Éditions du Souffle d’or – 2011, rééditiond Domaine du Taillé – 2018


Auto-Édition

Horizontalement/verticalement
livret de l’exposition Mandala accompagné de citations, 120 pages (1995) épuisé

Cueillir, se recueillir
texte d’Anne Yvette Peyrard, préface de Pierre Rabhi (2001) épuisé

PhotoPhonème 64
photo-langage (2010)

PhotoRhapsodie
DVD 200 photos (2010)

La terre nourricière ou le silence blessé
DVD sur un texte de Pierre Rabhi (2010)

Le corps accordé

Humaine nature, mon amour
avec Marianne Boclé (2017)

Chants du frémissement

Vibrance